Menu

12 mouettes rieuses et un tadorne de belon assassinés pour menacer un bénévole !

8 février 2015 - Associations & refuges, Protection des animaux

Hier samedi 7 février 2015, le GON publiait sur sa page Facebook un communiqué signalant qu’un de ses bénévoles avait été menacé d’une manière ignominieuse et extrêmement violente : 13 cadavres d’oiseaux ont été déposés devant son domicile.

Pour expliquer ce dont il est question, il faut savoir que, dès le 30 janvier, le GON s’était positionné contre la lettre de Ségolène Royal (dans laquelle elle demandait de ne pas sanctionner les chasseurs qui tueraient des oies après la fin de la saison de la chasse, et ce, jusqu’au 9 février). En tout, le GON a publié 3 messages en 6 jours sur sa page Facebook, montrant ainsi la mobilisation de l’association et de ses membres contre les propos du courrier de la ministre de l’environnement.

Et avec ce geste ignoble, le massacre de 13 oiseaux, il ressort que, dans la région Nord Pas-de-Calais, la lutte contre le fait de tuer des animaux est encore difficile, elle ne va pas de soi, et même dans le domaine de la chasse pourtant détestée par beaucoup de gens.

C’est pour cela que la déclaration de Ségolène Royal est d’autant plus tragique : elle vient encourager la pratique abjecte et cruelle de la chasse. Et le massacre des 13 oiseaux vient répondre à cela, appuyant les propos de la ministre, et quelque part, l’exhortant à aller encore plus loin dans sa logique anti-écologie. L’acte se veut d’ailleurs d’une grande portée politique puisque ce sont des oiseaux protégés qui ont été précisément ciblés, et en grand nombre !

Pour bien rendre compte de l’horreur et de la violence d’un tel acte, et contrairement à nos habitudes, nous republions également la photo du massacre.

Voici le communiqué du GON sur le massacre des 13 oiseaux :

« Destruction de 13 individus d’espèces protégées, acte de malveillance, menaces : où s’arrêteront-ils ?

Massacre d'oiseaux pour une menace

Un acte de braconnage, de malveillance et des menaces : 12 Mouettes rieuses et un Tadorne de Belon, espèces protégées, ont été massacrés et leurs cadavres déposés devant la porte du garage d’un membre du GON dans la nuit du samedi 31 janvier au dimanche 1er février.

Les radiographies effectuées sont formelles : les oiseaux étaient criblés de plombs ! On peut facilement imaginer qui sont les auteurs de cet acte inqualifiable et la date de cette exécution et du dépôt des cadavres n’est pas anodine, car elle a eu lieu le jour de la fermeture réglementaire de la chasse au gibier d’eau !

L’ONCFS a aussitôt été alertée et deux plaintes ont été déposées à la gendarmerie : à titre personnel, et au titre du GON pour destruction d’espèces protégées.

Nous espérons que cette tentative d’intimidation abjecte ne sera pas suivie d’autres. Le laxisme de la ministre de l’Environnement qui se rend complice du braconnage des oies en interdisant aux agents de la police de la Nature de verbaliser les contrevenants a peut-être fait croire à certains que tout leur est permis ?

Le GON condamne avec force de tels agissements et demande fermement que le droit soit enfin respecté dans notre pays. »

Voici le communiqué officiel du GON du 2 février 2015 :

« Incroyable : Ségolène Royal ministre de l’Environnement incite les chasseurs au braconnage

Alors que la France prend conscience qu’il est urgent de faire respecter les institutions de la République et ses lois, nous ne comprenons pas comment une ministre peut encourager à ne pas respecter les lois, ni comment elle peut empiéter sur les prérogatives de la garde des Sceaux en donnant des ordres à la police, fût-ce celle de la Nature

Nous ne comprenons pas plus comment des élus de la République qui font les lois, peuvent encourager des citoyens à bafouer ses institutions comme viennent de le faire les députés socialistes Monsieur Plisson et Madame Pascale Got du groupe chasse de l’Assemblée nationale en annonçant aux chasseurs qu’ils allaient pouvoir chasser tranquillement en dépit de la réglementation en vigueur.

Le GON sollicite l’intervention de tous les procureurs de la République de la région et du Parquet général pour qu’ils fassent appliquer la loi en diligentant une instruction publique visant à assurer la présence des forces de l’ordre sur le terrain entre le 1er et le 8 février avec charge de verbalisation des contrevenants en cas d’infraction à la réglementation de la chasse

Le GON apporte son soutien à la LPO et à France Nature Environnement qui se préparent à faire une information auprès de la Commission européenne.

Lire les communiqués de presse
France nature environnement
Ligue pour la protection des oiseaux
ASPAS
Humanité et Biodiversité

Le syndicat SNE/FSU des agents de l’ONCFS s’insurge également de la décision de la ministre. Il considère que « Madame Royal le démontre une nouvelle fois, en n’hésitant pas à donner des instructions à l’ONCFS, principal établissement en charge de la gestion de la faune sauvage terrestre, n’hésitant pas à prendre le service public de l’environnement et ses agents en otages . »
Lire le communiqué de presse du syndicat »

Étiquettes : ,