Menu

À propos du nouveau nom de notre Région, « Hauts-de-France »

14 mars 2016 - Vie de la cité

Le conseil régional Nord Pas-de-calais-PicardieAmiens, sa place du Don et sa cathédraleAujourd’hui lundi 14 mars 2016, le nouveau nom de la Région a été voté lors du conseil régional.

Parler du nom de la nouvelle Région pourrait être un sujet sans importance. C’est au contraire un sujet révélateur de beaucoup de choses.

Mais, avant de parler de la région Nord Pas-de-Calais – Picardie, revenons sur l’histoire de l’ancienne région Nord Pas-de-Calais. Dans les années 1990 s’était déjà posée la question de renommer la région Nord Pas-de-Calais.

Alors, le nom de « Hauts-de-France » avait été proposé. Mais, déjà à l’époque, le Pas-de-Calais – et les « boyaux rouges » – s’étaient exprimés pour ne pas disparaître au seul profit du département du Nord. Car, déjà, le Pas-de-Calais craignait que le Nord s’approprie toutes les ressources, toutes les institutions, faisant du Pas-de-Calais la simple périphérie du Nord.

Ce qui correspond plutôt à la réalité, comme en témoigne l’encombrement de l’autoroute A21 qui relie Lens à Denain, permettant de relier Lille.

Tout cela évoque fortement ce qui se passe en ce moment. Depuis deux mois, le Nord Pas-de-Calais et la Picardie ne forment plus qu’une seule et même région. Et ce lundi, le conseil régional a donc choisi le nom de cette nouvelle région.

Il y avait trois choix : « Terres du Nord », « Nord de France » et « Hauts-de-France ». Un sondage a été effectué sur le site de la région. 55 000 personnes ont voté : 38% pour « Hauts-de-France », 37% pour « Terres du Nord » et 24% pour « Nord de France ».

Le conseil régional a tranché et a choisi « Hauts-de-France ». Ce choix a déçu de nombreuses personnes.

Il est évident que les noms de « Terres du Nord » et de « Nord de France » ont été mis de côté parce qu’ils contiennent le nom du Nord et, justement, pour éviter aux picards de se sentir mis de côté comme l’ont été les pas-de-calaisiens.

Cependant le nom de « Hauts-de-France » est manifestement le résultat d’un compromis.

De nombreuses personnes l’ont fait remarquer, le terme « Haut » est assez absurde. En effet, il ne correspond à aucune réalité géographique : le terme « Haut » désigne normalement soit une certaine altitude, soit l’amont d’un fleuve. Or, ici, il correspond juste au terme de « Nord ».

Les enseignants et les parents reprochent déjà au nom d’ancrer de mauvaises habitudes linguistiques, le terme de « haut » étant souvent employé à tort à la place de « Nord ». Et effectivement, il n’y a pas de haut et de bas dans une carte !

L’intention est donc limpide : on exprime quand même que la région sera la région du Nord mais sans employer le mot « tabou ». Au final, ce n’est pas sûr que nos voisins picards se reconnaîtront plus dans les « Hauts-de-France » que dans le « Nord-de-France », la signification étant la même. Et ce, d’autant plus que c’était déjà le nom qui avait été proposé pour l’ancienne région Nord Pas-de-Calais.

Le nouveau nom de la région montre donc bien les problèmes que pose la polarisation déraisonnable qu’exerce Lille jusqu’en Picardie. Et ce problème soulève les sentiments chauvins régionaux : se sentant lésés face aux choix, les arguments de mauvaise foi se sont multipliés alors qu’au départ les gens n’étaient pas contre une réunification des deux régions et cherchaient, notamment en voulant préserver le nom de Nord Pas-de-Calais – Picardie, à se respecter les uns les autres.

Au contraire, dans un esprit populiste visant les picards, certains politiques ont proposé Flandres-Picardie ou Nord-Picardie. Tandis que la première proposition fait l’impasse sur la richesse du Nord Pas-de-Calais, en ignorant l’artois ou le boulonnais par exemple, la deuxième fait tout simplement disparaître le Pas-de-Calais.

En conclusion, le nom choisi est issu d’une conciliation pour ménager toutes les sensibilités. Au final, il ne représente pas grand-chose. Et, malheureusement, il est évident que ce n’est pas en n’insérant pas le terme du Nord que la région ne se déséquilibrera pas en faveur du Nord et, particulièrement, de la région lilloise.