Menu

Aider l’abeille noire… et les autres !

17 mai 2015 - Études & projets écologiques, Protection des animaux

Une abeille noire sur une fleur de trèfleUne osmie rousseEn début de semaine, La Voix du Nord publiait un article sur la protection de l’abeille noire. L’article expliquait que les ruchers école de Lille, Tourcoing et Villeneuve d’Ascq et l’Espace Naturel Lille Métropole ont entamé un partenariat il y a un an « pour développer, conserver et promouvoir l’abeille noire dans la métropole et l’eurorégion ».

Le projet mobilise de nombreux apiculteurs. Et l’Espace Naturel Lille Métropole va proposer à la fois des essaims d’abeilles et des reines, et à la fois des formations.

L’abeille noire est présentée comme n’étant pas la plus productive mais la plus rustique pour le Nord Pas-de-Calais.

Le programme d’action est le suivant :

« En 2016, un travail d’animation et de recensement s’effectuera sur un périmètre de 3 à 6 km autour des ruchers écoles. Le tout pour favoriser une prise de conscience des apiculteurs afin qu’il revoient leurs priorités et mesurent l’intéret d’une abeille plus rustique.

Les partenaires s’engagent à sélectionner des souches de qualité, à produire des reines fécondées au rucher de fécondation. Tout cela dans le but de fournir des cellules royales aux apiculteurs engagés dans cette action.

L’implantation de ruches à mâles s’effectuera également sur une zone plus étendue.

Les apiculteurs qui le désirent pourront se former aux techniques d’insémination artificielle. Un travail de sensibilisation sera menée dans les communes afin de privilégier l’implantation de ruches peuplées d’abeilles noires. L’aide au recensement des apiculteurs et les informations utiles pourront être dispensées par le biais des bulletins municipaux. »

Le programme peut sembler intéressant et insister sur le fait que les abeilles noires produisent moins de miel que d’autres abeilles pourraient faire penser que les abeilles noires sont des abeilles dites sauvages.

En réalité, ce n’est pas le cas. Wikipédia indique ainsi que l’abeille noire (Apis mellifera mellifera) est une sous-espèce de l’abeille domestique européenne (Apis mellifera).

Or, nous avons vu que si on veut aider au regain de la population des abeilles et favoriser une meilleure pollinisation dans la nature, le mieux est d’aider les abeilles sauvages.

Par ailleurs, nous nous demandions si élever sans prélever aucun miel était un bon moyen d’aider les abeilles.

Et ce genre de programme permet de répondre une fois pour toute à cette question.

La question d’élever sans prélever était donc : si j’élève des abeilles noires dans mon jardin, juste pour aider la nature, sans prélever de miel, pourquoi cela ne participerait-il pas également à protéger la nature ?

Ça semble être une bonne idée. Après tout, l’abeille noire, pour rester sur cet exemple, reste une abeille sauvage dans le fond. On l’appelle abeille domestique car elle est beaucoup utilisée par l’être humain. Même si elle s’est probablement adaptée au cours du temps pour vivre avec l’être humain justement, elle reste cependant capable de vivre dans le climat du Nord sans aide humaine.

Mais le programme présenté ci-dessus montre bien le défaut d’une telle focalisation sur l’abeille noire. Car on peut alors se demander s’il est possible d’aider les abeilles en général en ne s’intéressant qu’à une espèce d’abeille ? Non, de toute évidence.

Toutes les abeilles sont importantes. Même la petite abeille solitaire qui vit dans le sol ou celle qui vit dans le bois mort est digne d’être préservée.

Ainsi, aider les abeilles sauvages en multipliant les espaces leur convenant va également bénéficier aux populations d’abeilles dites domestiques comme l’abeille noire. Alors que multiplier les directives pour protéger l’abeille noire, comme le montre très bien le programme décrit ci-dessus, ne va finalement aidé que l’abeille noire.

Et comme il n’est pas possible d’élever les abeilles sauvages, la seule solution est bien d’aider toutes les abeilles. Il faut développer une culture de bienveillance envers toutes les abeilles !

Étiquettes : ,