Menu

Hérisson de sortie en plein jour : il faut intervenir !

5 juillet 2014 - Protection des animaux

Un hérisson commun dans les herbesUn hérisson commun dans des feuilles mortesLe hérisson commun est un animal qu’on croit généralement, comme son nom l’indique, tout ce qu’il y a de plus commun. Or, ce n’est pas du tout le cas. En effet, les experts s’accordent pour dire que cet animal aujourd’hui protégé est en voie de disparition à moyen terme. Le Sanctuaire du Hérisson, association basée à Fouencamps (près d’Amiens) et référence au niveau national, explique ainsi qu’au Royaume-Uni 95% des hérissons communs ont disparu entre 1950 et 1995. Et la situation en France, pour laquelle il n’y a pas d’évaluation chiffrée, ne serait pas mieux.

Il est donc primordial de tout faire pour aider les hérissons. Il faut savoir que le hérisson est un animal nocturne qui hiberne du début de l’automne à la fin de l’hiver. En ce moment, on peut donc en surprendre du crépuscule à l’aurore, à la recherche d’insectes, de vers, d’escargots, de limaces, d’œufs, de fruits et de baies qu’il va manger en faisant beaucoup de bruit. Croiser un hérisson en pleine journée est, au contraire, tout à fait anormal. Il faut alors prendre toutes les précautions pour le protéger jusqu’à la nuit tombée, voire même veiller à ce qu’il reçoive des soins adéquats.

Dans le Nord, il n’existe pas d’association locale assurant ce genre de soins. Le Sanctuaire du Hérisson est donc à la fois le site à consulter pour trouver toutes les informations nécessaires concernant les soins urgents à apporter à un hérisson et, à la fois, l’association à contacter en cas de besoin de conseils supplémentaires et de recherche de structures d’accueil. Pour les contacter, des numéros de téléphone sont disponibles sur la page des soins urgents : on est alors mis en relation avec les bénévoles locaux, dans les villes les plus proches.

En résumé, le Sanctuaire du Hérisson explique que, pour tout hérisson trouvé errant en plein jour (c’est-à-dire un hérisson qui ne va pas chercher un refuge à l’abri de lui-même), la première mesure, notamment quand on est novice dans le soin du hérisson, est de rentrer l’animal et de le mettre sur une bouillotte. Ceci permet de pouvoir ensuite consulter le site, plus sereinement mais rapidement tout de même, certains cas demandant une intervention pressante. Ces cas particulièrement urgents concernent les hérissons infestés par des asticots.

Il faut retirer chaque asticot et chaque oeuf un par un. C’est une tâche véritablement titanesque lorsque le développement des asticots est déjà un tant soit peu avancé. Chaque minute compte car le hérisson se fait alors littéralement dévoré vivant. Pour pouvoir se focaliser sur les zones les plus à risque, il faut d’abord nettoyer les orifices (yeux, bouche et oreilles voire anus) ainsi que les plaies. Ce conseil peut paraître évident mais la scène est tellement rude qu’on ne sait parfois plus par où commencer. Certains bénévoles conseillent également de mettre le hérisson sous une lampe, ceci ayant deux avantages : d’une part, le hérisson ne se refroidit pas et, d’autre part, les asticots, cherchant la chaleur, remontent vers la lampe.

On ne peut pas ici détailler tous les conseils donnés par le Sanctuaire pour chaque cas mais on peut reprendre les conseils les plus fondamentaux : ne jamais donner de lait ou de pain à un hérisson et ne jamais le mettre sur le dos pendant le nourrissage. Les autres conseils de base à respecter se trouvent ici.

Enfin, il faut toujours garder à l’esprit que le hérisson est un animal sauvage donc, sauf en cas de maltraitance extrême entraînant une invalidité irréversible, le but doit toujours être de relâcher le hérisson au plus vite.

[Notons que les photos que nous avons choisies pour illustrer cet article ont été visiblement prises en plein jour et que les hérissons sont partis bien vite se réfugier par la suite.]

Étiquettes : ,