Menu

La question des transports dans les élections régionales de 2015

29 octobre 2015 - Vie de la cité

La gare de BouchainUn bouchon sur l'A1La région a désormais de nombreuses responsabilités et il est intéressant de connaître les positions de chacun des partis pour la gestion locale.

Le sujet étant extrêmement vaste, nous nous concentrerons sur la zone que nous connaissons le mieux : la métropole lilloise, le cambrésis, le valenciennois et le douaisis.

Le 20 octobre, La Voix du Nord a publié un grand tableau récapitulant les différentes propositions des différents partis concernant les transports publics. Dans ce document sont traités le réseau ferroviaire, les ports, les routes, le frêt, le transport aérien et les transports collectifs.

Le réseau ferroviaire, les routes et les transports collectifs touchent au même sujet puisqu’ils concernent à la fois les facilités de déplacement et, à la fois, la maintien (ou la détérioration !) de la qualité de l’air.

En ce qui concerne les routes et les transports en commun, les solutions de la gauche (PCF, EELV et PS) s’orientent autour du covoiturage et la réduction des poids lourds sur les routes. Le PS propose en plus de réserver des voies aux transports publics tandis que EELV propose de promouvoir le vélo. On peut déjà remarquer que la solution du vélo ne concerne que les centre-villes.

Le covoiturage n’est qu’une réponse minimale au problème de la pollution et des embouteillages.

Les propositions de la droite se focalisent sur l’emploi en multipliant les offres de transport pour les personnes cherchant un emploi. Selon Les Républicains, il n’y a visiblement ni problème de pollution, ni problème d’embouteillage puisque aucune solution dans ce sens n’est proposée !

L’extrême droite se concentre sur une offre de circulation : rénover les routes et favoriser l’intermodalité. Chez le Front National non plus, il ne semble donc pas exister particulièrement de problème de pollution ou d’embouteillage puisqu’il propose d’entretenir l’existant.

Pour ce qui est du transport ferroviaire, la gauche parle vaguement de développer le TER mais aucune précision quant au comment. Construire de nouvelles voies ferrées ? Desservir plus de gares ? Augmenter la fréquence des trains ?

La droite se focalise sur la sécurité dans les trains : vidéosurveillance et police. Les Républicains protestent aussi contre les retards et le manque d’informations dans les gares. Sans dire quelles solutions ils proposeront.

L’extrême-droite dit vouloir que le train redevienne « attractif et populaire ». Et pour cela, le Front National propose de faire une grande étude auprès de la population. Il ne fait donc aucun engagement quant au réseau ferré si ce n’est de mobiliser d’importants moyens humains et financiers, sans préciser pour quelle utilisation.

Les projets des candidats aux élections régionales sont donc bien tristes. Pourtant il est facile d’établir un bilan global des problèmes liés aux transports.

Mais les Partis se présentant aux élections ne cherchent pas à changer vraiment les choses. Les propositions de la gauche cherchent à donner le change en apportant juste de fragiles rustines aux problèmes de pollution et d’embouteillages quotidiens dans le Nord – et le reste de la région. Quant aux propositions de la droite et de l’extrême-droite, elles restent respectivement dans le domaine du populisme et de la démagogie sur cette question en évitant soigneusement de parler des problèmes de pollution et de bouchons routiers.

Cependant, il ne faut pas s’étonner que les Partis soient incapables de proposer des solutions globales pouvant changer radicalement le visage de notre région. Il sont bloqués dans leur vision à court terme, ils n’ont pas de grand projet à long terme visant à changer la vie des habitants.

Pourtant les solutions sont évidentes : il importe de développer un réseau de transport en commun conséquent qui ne pourra être efficace que si une politique cohérente de renaissance de toutes les villes de petite et moyenne taille est mise en place !