Menu

« Le canal de Lens à la Deûle »

9 novembre 2014 - Nature & écosystèmes

Le canal de SouchezNous avons parlé à plusieurs reprise du canal de la Deûle qui traverse de nombreuses villes de la métropole lilloise et la relie à Douai.

Un des affluents de la Deûle est la Souchez, qui a elle aussi été transformée en canal afin de permettre les échanges commerciaux par voie fluviale entre Lille et le bassin minier autour de Lens. Ce canal s’appelle maintenant le « Canal de Lens à la Deûle ».

Le site Vegan Edge Antifa Nord (qui n’existe plus aujourd’hui) en fait un historique très intéressant que nous reproduisons ici :

Le canal de Souchez à LensLes canaux sont des ouvrages imposant par lesquels les humains ont transformé la nature, traçant des voies navigables pour le commerce. En modifiant la forme des cours d’eau, leur volume, leur flux, c’est tous les écosystèmes liés à l’eau vive qui ont été bouleversés. Le canal de Lens à la Deûle est court, donc d’un petit volume. Il est aussi à la fois pollué et un abri pour de nombreuses espèces. Au travers de l’évolution du canal de Lens, c’est la question de l’avenir des canaux qui peut être posé.

Le canal de Lens à la Deûle se situe entre l’est de Lens et Courrières. On peut faire remonter son histoire à la fin du Moyen Age. Le canal permettait aux marchands de toiles lensois de faire du commerce avec ceux de Lille. Mais c’est à la fin du 19ème siècle, avec les mines, évidemment, que le canal prend la dimension industrielle nécessaire. Dans les années 1880, Le canal de Lens s’étire sur 11 km entre Eleu-dit-Leauwette et Courrières. Le canal est détruit pendant la Première guerre mondiale, reconstruit ensuite, modernisé dans les années 1950, puis abandonné à la fin des années 1960. Le destin du canal suit précisément celui de l’industrie minière. Au début des années 1970, le canal cède la place à la « rocade minière », le canal est enfoui dans des conduites sous terre.

Le canal de Souchez à LensLa rivière naît de la jonction, à Souchez, de deux petits cours d’eaux, le Carency et le Saint-Nazaire. Avant de s’enfoncer sous Lens dans des tubes de béton, la Souchez fait vivre de nombreux végétaux et animaux, son eau est claire et de bonne qualité. A la sortie de Lens, elle forme le canal de Lens à la Deule, son eau est polluée, notamment par des métaux lourds, puis, plus elle suit son cours de canal, moins la vie est présente dans le Deule.

Le canal de Lens à la Deûle – et cela est très important de le comprendre la Deûle elle-même – est en réalité une rivière, la Souchez. L’histoire de la construction de la Deule comme canal, la question du sort du canal de Lens, sa destruction, sa reconstruction, l’enfouissement du canal sous la ville pour faire passer l’autoroute ; tout cela, c’est l’histoire du bétonnage de la Souchez. Depuis quelques années, le canal de Lens change, de nouveaux aménagements apparaissent, ses abords voient leur aspect se modifier. La question est de saisir le sens de cette évolution et de connaître sa portée.