Menu

Le héron cendré, un animal à suivre…

7 avril 2014 - Nature & écosystèmes

Un héron cendré perché dans un arbre

Un héron cendré se promenant sur les quais de la DeûleEn se promenant sur les quais de la Deûle, en plein centre de Lille, il est possible, si on est suffisamment attentif, d’observer un héron cendré. On peut le trouver immobile les pieds dans l’eau, en train de se promener tranquillement sur les quais de la Deûle – tout en observant soigneusement les alentours – , ou encore perché à bonne hauteur dans un arbre.

A le voir aussi à l’aise dans ces endroits si différents, on pourrait croire que ce grand échassier gris et blanc est présent en grand nombre dans la région. Mais ce n’est pas aussi simple…

Le héron cendré vit dans les zones humides. Il se nourrit en arpentant les eaux peu profondes où il saisit poissons et batraciens. Il habite dans des colonies rassemblant plusieurs grands nids faits de bois secs et juchés, la plupart du temps, dans un seul grand arbre. Ces colonies sont appelées des héronnières.

Le héron cendré a donc besoin de faire partie d’un écosystème regroupant, entre autres, des étendues d’eaux peu profondes, relativement riches en poisson, et des grands arbres pouvant l’accueillir. Il y a une quarantaine d’années, les conditions n’étaient plus réunies pour qu’il se plaise dans la région.

Ainsi, en 1974, le G.O.N., le Groupe ornithologique et Naturaliste du Nord-Pas de Calais a recensé que la population s’élevait à environ 65 couples disséminés dans toutes les héronnières du Nord-Pas de Calais. Dans une situation toute aussi critique dans le reste du pays, le héron cendré est alors inscrit sur la liste des animaux protégés.

Depuis cette date, les populations de hérons cendrés ont régulièrement augmenté. Aujourd’hui (le dernier relevé datant de 2007), le G.O.N. recense 1251 couples habitant le Nord-Pas de Calais. La plus grande héronnière se trouve à Hasnon (commune d’environ 3300 habitants, située à l’intérieur du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, près de Saint-Amand-les-Eaux) et regroupe 164 couples.

Aux alentours de Lille, on dénombre 14 couples à Cysoing, 18 à Wavrin, au Marais de Lattre, et 2 à Houplin-Ancoisne, au Parc de la Deûle. Si on se rapproche encore de Lille, on trouve 2 couples à Haubourdin et 15 à Villeneuve d’Ascq, au Lac du Héron. Entre Lille et Douai, une héronnière à Libercourt rassemble 8 couples. La ville de Valenciennes accueille une héronnière de 10 couples à l’Etang du Vignoble. Enfin, si on se dirige plus au Sud, vers Cambrai, le Bois de Bray de Paillencourt accueille une héronnière de 45 couples de hérons cendrés et le Prés des Bosquets de Thun-Saint-Martin une de 4 couples.

Il est à noter qu’en 2007, le G.O.N. ne recensait aucune héronnière au Bois de Boulogne de Lille. Les hérons cendrés pris sur les photos de cet article sont donc probablement issus d’une colonie proche.

Une réflexion sur “ Le héron cendré, un animal à suivre… ”

  • Ping : La foulque macroule, un oiseau téméraire à ne pas négliger | L'amicale progressiste

  • Les commentaires sont fermés.