Menu

Le pain, un danger pour les canards colverts et leur écosystème

21 mai 2014 - Nature & écosystèmes

Une cane colvert et ses neuf grands canetonsTrois photos d'un même canard colvertEn se promenant sur les bords de la Deûle, de la Scarpe ou de la Sensée, il est courant de voir des promeneurs donner à manger aux canards colverts. Pourtant, il est maintenant reconnu que le pain est très mauvais non seulement pour la santé des canards colverts, mais aussi pour celle de son écosystème. De nombreux sites en parlent, synthétisons ici ce qui est dit à ce sujet.

Tout d’abord, le système digestif du canard n’est pas fait pour digérer le pain. Le canard colvert, comme nombre d’oiseaux aquatiques, se nourrit de végétaux et, plus particulièrement, de graines. Le gluten du pain provoque donc de graves troubles et peut même entraîner la mort en cas d’ingestion importante.

Et même dans les cas où il ne meurt pas directement de troubles digestifs, un canard qui se gave de pain est un canard qui est rassasié mais qui, en réalité, n’a pas du tout ingurgité la quantité suffisante de nutriments nécessaires à sa croissance et à sa bonne santé. Ce qui cause des dégâts encore plus rapides pour les canetons, les parents finissant généralement par en donner à leurs enfants. Les canards meurent alors de carences, de dénutrition.

Donner du pain aux canards peut entraîner un autre grave problème : il crée une dépendance des canards au nourrisseur. Ils ne cherchent plus leur nourriture et se contentent alors d’attendre passivement cette nourriture qui les rassasie si bien. Par conséquent, il faut prendre conscience que nourrir un canard facilite le « travail » du chasseur, le premier ne se méfiant plus du second. Et même s’il n’y a pas de chasseur, le fait que le canard sorte de sa zone habituelle de vie entraîne une exposition accrue à des prédateurs auxquels il n’est pas habitué.

Enfin, le canard, comme tout être vivant, fait partie d’un écosystème. Modifier sa nourriture, c’est modifier l’ensemble de l’écosystème. En effet, le canard nourri au pain ferait des fientes particulièrement riches en phosphore. De plus, le pain qui n’a pas le temps d’être consommé stagne et pourrit dans l’eau. Les fientes altérées et le pain pourri modifient alors la composition de l’eau et perturbent l’ensemble des êtres vivants et des plantes de la zone humide concernée. Les spécialistes ont notamment remarqué que ces rejets étaient des engrais excellents pour certaines algues qui se développent excessivement au détriment des poissons.

Et les modifications de ce type sont d’autaut plus importantes que les canards colverts sont nombreux. Quand ils apprennent à attendre le repas à certains endroits précis, les regroupements deviennent rapidement beaucoup trop importants. La mort d’un canard peut alors propager de graves maladies, comme le botulisme, à l’ensemble des oiseaux. Les presses locales font d’ailleurs régulièrement état, en été généralement, de la mort soudaine de plusieurs dizaines de canards.

Nourrir les canards colverts avec du pain (mais la plupart des arguments exposés ici pourraient tout aussi bien s’appliquer au nourrissage avec une nourriture plus adaptée), ce n’est vraiment pas leur rendre service. Il est important de transmettre ces connaissances. La plupart des personnes qui nourrissent les canards ne le font pas avec de mauvaises intentions et il est essentiel de leur faire prendre conscience de la portée destructrice de leur geste.

Mais le problème ne concerne bien évidemment pas que le Nord et il ne peut être réglé par quelques individus, si motivés et informés soient-ils. Il faudrait mettre en place une grande campagne d’éducation au niveau national !