Menu

L’embrasement des terrils, un choix malheureux

23 juin 2015 - Manifestations & expositions, Nature & écosystèmes

le Terril Sabatier à Raismesle Terril Sabatier à RaismesC’est avec une grande déception que nous avons appris l’annulation du Festival de la Protection Animale à Valenciennes, du fait d’une alerte à la légionelle dans la salle dans laquelle il devait être organisé. Cette belle initiative est reportée ultérieurement.

Ce week-end est donc maintenant bien vide.

Une autre manifestation est prévue ce week-end, samedi 27 juin au soir plus précisément, mais on pourrait presque dire qu’elle vient en écho négatif du Festival de la Protection Animale. Cette manifestation, c’est l’embrasement des terrils.

Si cette série de feux d’artifice se déroulera principalement sur des sites du Pas-de-Calais, 3 sites du Nord sont également concernés, à savoir le terril de Roost Warendin (visible du Belvédère du Pas Roland à Mons en Pévèle), le chevalement de Wallers (visible depuis le Terril Sabatier à Raismes) et le terril de Rieulay.

Sur ces 3 sites seront tirés des mèches géantes et des feux de Bengale. Ce ne seront donc pas, a priori, les feux d’artifice avec de grosses détonations mais des flammes lumineuses qui crépitent.

On pourrait donc se dire que l’effet sur les animaux – car c’est ce qui va nous intéresser dans cet article – est moindre. Le résultat est peut-être moins traumatisant mais les feux de Bengale sont connus pour émettre une très forte lumière et les terrils sont des lieux généralement tranquilles en dehors des visiteurs diurnes.

La question pourrait sembler négligeable mais en réalité, quand on regarde la façon dont les terrils sont mis en avant, tirer des feux d’artifice est tout à fait contradictoire avec l’objectif de renaturalisation des terrils mis en avant par les collectivités.

C’était d’ailleurs connu des organisateurs puisque le chargé de mission explique à La Voix du Nord que « Il y a des contraintes environnementales, beaucoup d’espaces naturels sensibles notamment dans le Nord et c’est la période de nidification donc c’est compliqué ».

Tirer des feux d’artifice en pleine période de nidification ! C’est à peine croyable.

Car, comme nous le disions dans l’article sur le terril de Rieulay, certains sites sont devenus des réserves écologiques ouvertes. C’est pour cela que ces embrasements des terrils sont une initiative contradictoire : on va venir déranger les animaux (et les plantes aussi peut-être, les feux de Bengale étant réputés pour produire une fumée abondante) sur des sites pour lesquels on fait énormément d’efforts pour attirer ces mêmes animaux…

Le Terril de Raismes semblent d’ailleurs avoir échapper à l’événement puisqu’il ne figure plus sur les sites accessibles. Pour ce terril, la protection animale a été plus forte que le spectacle de l’embrasement.

Les feux d’artifice sont certes des manifestations populaires séculaires qui émerveillent encore aujourd’hui les gens. Cependant, de nos jours, ils sont connus pour provoquer toutes sortes de pollutions.

En attendant que des ingénieurs trouvent le moyen de rendre ces spectacles plus respectueux de la nature, le minimum seraient qu’ils ne se fassent pas dans des lieux qui sont quasiment des réserves naturelles.

Étiquettes : ,