Menu

Les Collines de la Flandre Intérieure

12 janvier 2015 - Études & projets écologiques

Carte de la zone phytogéographique des Collines de Flandre IntérieureL'église Saint-Christophe à TourcoingLes Collines de la Flandre Intérieure sont une des 6 zones phytogéographiques d’une partie spécifique du Nord de la France. La carte ci-dessus, produite par l’amicale, a été faite à partir des données disponibles sur le site du Conservatoire Botanique National de Bailleul.

Comme on peut le voir sur cette carte, entre un tiers et la moitié de cette zone est occupée par des territoires urbains. Les villes étendues de Lille, Roubaix et Tourcoing forment l’essentiel de ce tissu urbain.

Et ces trois villes sont plutôt anciennes. Ainsi, les traces avérées les plus anciennes datent du 11e siècle pour Lille (d’après la charte du comte de Flandre Baudouin V en faveur de la collégiale Saint-Pierre, en 1066) et pour Tourcoing (d’après une donation de Saswalus de Turconium à l’abbaye d’Harelbecque, en 1080) et du 9e siècle pour Roubaix (d’après une carte de cette époque).

Ces 3 villes ont donc fortement participé à l’empreinte de l’être humain dans cette zone. Ainsi, la plupart des terres de cette zone sont qualifiées d’« espaces artificialisés » (c’est-à-dire des terres qui ont perdu les qualités qui sont celles d’un milieu naturel, et notamment leur capacité d’auto-cicatrisation). La deuxième plus grande surface est occupée par des cultures. Enfin, lorsqu’on regarde une carte des types d’occupation du sol, on distingue quelques tout petits points de prairies d’espaces boisés (comme le bois de Boulogne) représentant une part infime des Collines de la Flandre Intérieure.

L’autre marque laissée par le développement de ces grandes villes est la présence de grands axes routiers. Le site de la métropole de Lille indique ainsi que la ville de Lille voit passer, chaque jour ouvrable, 90.700 véhicules, celles de Roubaix et de Tourcoing 19.100 chacune et le Sud-Ouest de Lille 14.000.

Pour ce qui est de la géologie des Collines de la Flandre Intérieure, les sols sont essentiellement des limons et d’alluvions du Quaternaire (cette période a commencé il y a 2,6 millions d’années avec l’apparition de l’être humain et se poursuit aujourd’hui). Par conséquent, ce sont des terres fertiles, favorables au développement des communautés humaines.

Les Collines de la Flandre Intérieure sont d’ailleurs toujours parcourues par plusieurs cours d’eau : le canal de la Deûle qui va de Haubourdin à Wambrechies en passant par Lille, le canal de Roubaix qui démarre de Marcq-en-Baroeul jusqu’à la frontière belge et la rivière de la Marque, affluent de la Deûle (c’est-à-dire que la Marque se jette dans la Deûle).

Ces trois cours d’eau sont eux aussi fortement marqués par l’aménagement humain même si certaines parties font l’objet de réaménagements visant à les « renaturaliser ». Les Collines de la Flandre Intérieure se trouvent ainsi dans le SAGE Marque Deûle (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux). Toutefois, en regardant le site du SAGE, on voit que le projet est encore en cours de rédaction.

Pour ce qui est de la faune et de la flore, seule une étude approfondie permettra d’en faire une restitution correcte. En effet, comme on peut le voir sur la carte, les Collines de la Flandre Intérieure forment une zone divisée entre les secteurs fortement urbains et les secteurs rurbains. Par conséquent, ces deux territoires différents ont très certainement des populations animales et végétales différentes.

Le canal de Roubaix