Menu

Les vaches, amies des êtres humains

29 septembre 2014 - Nature & écosystèmes

Un troupeau de vaches attirées par la présence d'êtres humainsLe regard profond d'une vacheQuand on habite à la campagne ou dans des petites villes, on a parfois des pré où paissent des vaches juste à côté de son jardin. Et toute personne qui a vécu à côté de ces brouteuses paisibles a pu constater à quel point elles sont curieuses.

Tout changement important dans leur environnement – comme l’installation d’une petite cabane dans un jardin adjacent au pré dans lequel elles sont enfermées – pourra provoquer à la fois la curiosité et la méfiance des vaches. Elles ont une perception précise de l’organisation de leur environnement.

Le premier jour du changement, on les voit alors s’arrêter devant cette nouvelle cabane, l’examiner, l’étudier longuement, mais toujours à bonne distance ! Leur attitude est très amusante et provoque à son tour la curiosité de l’être humain, fasciné par cette attitude si proche de celle d’un chien ou d’un chat découvrant un nouveau jouet dans la maison.

Mais, plus encore que les modifications dans l’environnement, les vaches sont attirées par la présence de l’être humain. Lorsqu’on se trouve devant un pré et même si elles sont relativement loin, le simple fait de les appeler suffit généralement à les faire venir.

On pourrait se dire qu’elles recherchent surtout les touffes d’herbe fraîches ou les quelques morceaux de légumes, mais on remarque vite que le simple fait de leur parler et de les caresser les fait aussi rester. Les vaches prennent visiblement du plaisir à passer du temps avec les êtres humains.

D’ailleurs, même la nuit, quand une petite fête est organisée, qu’il y a du bruit, que des gens discutent, les vaches viennent d’elles-mêmes voir ce qu’il se passe. On peut alors les apercevoir en train d’épier avec grand intérêt toute cette activité ! Elles restent une dizaine de minutes, profitant des échanges possibles : herbe fraîche, discussions. Certaines personnes tentent de meugler et il n’est pas rare d’entendre une vache répondre.

Les échanges avec les vaches peuvent donc être nombreux et variés. Les vaches sont en effet des êtres extrêmement sensibles et très sociables. Mais ce n’est pas tout.

Il est évident que la proximité de vie avec les êtres humains a abouti au fait que les vaches font partie du même écosystème que les êtres humains. Et même si les vaches sont durement exploitées, pour donner naissance à un rythme irresponsable, pour produire du lait (on peut d’ailleurs voir leurs côtes saillir et leur pis s’affaisser), la présence humaine ne les affole pas, la plupart du temps, c’est même quelque chose qu’elles recherchent, une fois qu’elles ont évalué la situation et qu’elles ont constaté qu’elles ne craignaient rien.

Les vaches vivent avec nous depuis si longtemps qu’une relation particulière s’est développée. Les vaches sont devenues des animaux « domestiques » (en opposition aux animaux sauvages), mais de par l’exploitation dont elles sont victimes, elles ne sont pas considérées de la même façon que les chiens ou les chats. Les vaches sont liées à l’espèce humaine et l’espèce humaine est liée aux vaches (comme aux chiens, aux chats, aux lapins, aux cochons, etc.). Les vaches nous considèrent comme des amis, il est temps que l’humanité leur rende cette considération et les traite enfin avec la compassion et l’amitié qui leur est due.

Étiquettes :